Avis Elden Ring

Durant 3 sessions de 3heures, j’ai eu la chance de découvrir Elden Ring sur PlayStation 5 lors du test réseau de la bêta fermée. Une occasion en or pour découvrir le dernier jeu de FromSoftware, les développeurs derrière la saga Dark Souls encensée à travers le monde.

Chacun son approche

Outre Dark Souls, le créateur de la saga, Miyazaki, a également officié sur Sekiro et Bloodborne. S’il est important de le mentionner, c’est parce que le joyeux luron a acquis un savoir-faire et une expertise dans des jeux se métamorphosant en un genre à part entière. En apprenant de ses propres jeux, le développement de Elden Ring a tout pour plaire en concentrant le meilleur des mondes afin de proposer une expérience au sommet. Pourtant, à l’heure actuelle, nous ne savons pas grand-chose du dernier jeu de FromSoftware. De plus, ce n’est pas la bêta à laquelle j’ai eu accès qui répondra à toutes nos questions lors cette preview d’Elden Ring.

De ce fait, cet article ne constitue qu’un avis sur un jeu non fini où une multitude d’éléments ne demande qu’à être ajustée ou équilibrée afin de se rapprocher d’une expérience finale. De plus, le court temps de jeu ne me permet pas de connaître la profondeur des différentes classes disponibles, ni de m’ajuster à votre manière d’appréhender un jeu de la trempe d’un FromSofware. Car oui, les jeux des développeurs permettent différentes approches. Un joueur préférera des affrontements au corps à corps (CaC) , alors que d’autres préféreront utiliser la magie à distance. Ces multitudes façons d’approcher le titre ne me donnent aucune légitimité quant à votre manière de profiter des jeux de Miyazaki.

De mon côté, j’ai joué durant ces heures avec la classe “Loup sanglant” où j’ai majoritairement préféré le CaC. Maintenant, vous savez où vous positionner par rapport à ma manière de jouer.

Une question d’accessibilité

Je ne vais pas refaire le débat de la difficulté plus que de raison. De mon point de vue, s’il existe, c’est qu’il y a une raison, même si cela ne me concerne pas. Toutefois, le succès grandissant de FromSoftware a amené le studio à proposer des touches de gameplay différents au sein d’Elden Ring. Que cela soit fait sciemment ou non, ces remaniements existent et ils sont flagrants.

Au final, la manière de bouger, de se positionner, d’analyser les boss ressemblent de très près à Dark Souls 3. Si vous connaissez la licence, affronter les boss et les différents ennemis composant le bestiaire ne posera sans doute pas plus de souci que d’habitude. Les petits ajouts, comme l’accessibilité du saut, font plaisir et apportent une facilité au maniement de notre perso. Je ne vais pas lister ces nouveaux ajouts, mais sachez qu’ils font partie de cette nouvelle manière de visualiser le monde d’Elden Ring.

Preview Elden Ring PS5

Le monde ouvert constitue également un gros point d’attention permettant d’avancer avec décontraction. Jamais d’un FromSoftware je n’ai autant réussi de BackStab (attaquer par-derrière et retirer une bonne partie de la barre de vie d’un ennemi). Cette technique est ici permise grâce à des angles d’attaques amenées par le monde ouvert. De plus, le sentiment de peur alloué à la perte de nos points d’expériences à dépenser au feu de camp (comme dans les Dark Souls) disparait peu à peu. En effet, dans Elden Ring, vous pouvez vous téléporter à vos “feux de camps” découverts précédemment à n’importe quel endroit de la carte. Par conséquent, pas besoin d’effectuer des aller-retour incessants par peur de mourir. Ce positionnement dans l’avancée de l’expérience modifie vraiment l’appréhension de la mort.

L’arrivée des esprits des cendres à invoquer amène également un grand changement. C’est d’ailleurs ces invocations qui m’ont le plus marqué. Si d’antan le mode co-op constituait le mode facile de Dark Souls, ici ce sont les esprits, à usage illimité selon certaines conditions, qui se positionnent sur l’échiquier de la facilité à un tout autre niveau. En conséquence, il est possible d’invoquer par exemple une horde de loups afin de vous aider à terrasser  un camp d’ennemis ou un boss récalcitrant. Si l’invocation est permise, et elle l’est souvent, vous pourrez profiter de cette aide pour littéralement rouler sur le jeu. 

Certaines fonctionnalités pourraient paraître futiles et ne pas vous aider selon votre profil de joueur. Puisque comme je le précisais, c’est votre usage des différentes nouveautés qui façonnera si Elden Ring peut devenir une expérience facile ou non.

Néanmoins, certains effets ne peuvent être évités. Un des plus flagrants s’établit dans la régénération de vos fioles. Que celle-ci soit pour restituer des PV ou des PC, il est possible d’en récupérer en éliminant des ennemis. De cette façon, il n’est plus obligatoire de retourner à un feu, et par conséquent de reset l’apparition des monstres précédemment vaincus.

Une direction artistique qui a tout à prouver

Dans les faits, la direction artistique autant que la technique rappellent Dark Souls. Cependant, mis à part quelques éléments grandiloquents tels que le fort ou l’arbre géant, le tout m’a paru un peu fade et un peu moins inspiré qu’à l’accoutumée. Attention, la partie très mineure de la carte à laquelle les joueurs ont eu accès lors de la bêta fermée ne s’immisce probablement pas comme le sentiment global d’un jeu entier. D’ailleurs, je ne doute pas que FromSoftware parviendra à équilibrer les différents biomes afin de proposer un ensemble cohérent et logique dans sa direction artistique. Tout ceci n’est que pure présomption, mais ma confiance reste totale.

Preview Elden Ring PS5

D’un autre côté Demon’s Souls, le remake de BluePoint, met un gros taquet à la technique de FromSoftware. Même si je ne suis pas développeur, je reste suffisamment persuadé que Elden Ring aurait mérité un lifting et une meilleure avancée technique, en dépit de son côté cross-gen.

Une ouverture à toutes et tous

Rendre un jeu FromSoftware accessible au plus grand nombre n’est pas un gros mot. Elden Ring se dévoile comme la preuve vivante que les équipes de Miyazaki ont voulu s’ouvrir au monde. Quoi de mieux pour se faire que de proposer un Open World? Le parallèle est beau. En ouvrant la carte et ses accès, Elden Ring regorge d’endroits à explorer, de mini-boss à découvrir. Cette exploration amène une satisfaction à toutes et tous et permettra d’amener du plaisir aux personnes incapables de parcourir un Dark Souls classique en se retrouvant face à un mur infranchissable. Ici, tout est limpide, vous avez le droit d’une manière tout à fait logique de faire marche arrière et de découvrir les vastes plaines et ses recoins afin de vous améliorer, avant de retourner occire un boss récalcitrant à la poursuite de l’histoire.

Preview Elden Ring PS5

La progression se déroule avec des outils plus cohérents pour les joueurs non initiés aux terribles contrées de FromSoftware. Bien entendu, les habitués ne sont pas oubliés et ils pourront malgré tout profiter de la difficulté si aimée des développeurs, s’ils acceptent de délaisser certaines nouvelles features amenées par le jeu. Enfin de compte, Elden Ring se modèlera selon vos désirs et vos affinités avec la difficulté en vous proposant d’utiliser ou non les nouveautés.  C’est à vous, joueurs, de choisir votre mode de difficulté sans passer par le choix classique “Facile” “Normal” ou “Difficile”.

Découvre mon test de Marvel’s Guardians of the Galaxy

Découvre mon test de Tales of Arise

5

Laisser un commentaire