Test Behind The Frame

Behind The Frame est un jeu édité par Akupara Games et développé par Silver Lining Studio. Le jeu est disponible depuis le 25 aout sur pc, mac et mobiles (iOs et Android). Petite production indé Taïwanaise, Behind The Frame flaire bon l’animation aux inspirations japonaises accompagné d’une dose de Puzzles à résoudre.

Le jeu a été testé sur Steam avec un MacBook Air 2020 (M1) 

L’histoire de Behind The Frame vous projette dans le corps d’une jeune artiste peintre travaillant sur la finalisation d’une oeuvre à présenter lors d’une exposition à New-York. Accoudée à une fenêtre, elle constate que son voisin d’immeuble est un vieux monsieur partageant la même passion pour l’art de la peinture. Pourtant, aucun échange ne leur permettra d’échanger à propos de leur gout commun. Trop en dire sur l’histoire serait dommageable au plaisir de la découverte, surtout que l’aventure est bouclée en à peine 1h – 1h30 maximum. 

test Behind The Frame

Afin d’évoluer au sein de cette aventure narrative, des petits puzzles viendront parsemer votre parcours. Ces petites énigmes se résument à appuyer sur des boutons dans le bon ordre grâce à des indices récupérer par ci et là dans votre appartement. Tout est très fluide et limpide et les petits casse-tête ne proposent aucune difficulté. Cette perspective d’avancée constitue un choix évident étant donné l’aspect “refuge” de bien être dans lequel vous projette le titre. 

Cette vague “feel good” vous la retrouverez aussi bien visuellement qu’auditivement. En effet, chaque scène importante profitera d’une très belle animation rappelant par instant des scènes dignes d’un Ghibli. C’est très joli à observer et ces moments deviennent très rapidement une petite récompense que l’on se surprend à attendre impatiemment. La musique n’est pas en reste et l’impatience d’insérer une cassette audio dans son lecteur à chaque nouveau chapitre survient dès la première découverte. L’ensemble donne le sourire du début à la fin même si le message final est plus profond que ce qu’il y parait et joue sur une certaine fibre émotionnelle.

test Behind The Frame

D’ailleurs, le sentiment d’être un spectateur du début à la fin de l’histoire joue un mauvais tour au  jeu. Étant donné l’implication quasi inexistante du joueur lors des différentes phases de puzzle, l’impression d’être un acteur impuissant d’une aventure ne sachant pas réellement où elle va mener peut-être frustrant. Ce n’est que lors des derniers chapitres, que le jeu s’ouvre enfin à la compréhension du joueur, que le sentiment de vouloir s’impliquer émerge. Il est malheureusement trop tard et une impression d’inachevé nous submerge les dernières secondes du titre. Pourtant, la composition globale reste plutôt bien rythmée, mais manque de clarté là où elle aurait mérité moins de mystère pour une expérience si courte.

3

En Bref

Beaucoup trop court, Behind The Frame ne bénéficie pas de suffisamment de temps afin de faire passer son message. L’expérience reste pourtant un très beau moment pour l’ouïe et la vue. Les différentes animations donnent à rêver sur la capacité du studio à faire voyager le joueur, tout en lui proposant plusieurs musiques impossibles à se sortir de l’esprit.

 

Retrouve mon test de Road 96, jeu du studio français DigixArt 

 

 

 

Laisser un commentaire