TEST Labyrinth City

Labyrinth City: Pierre the Maze Detective est disponible depuis quelques semaines sur Nintendo Switch et Steam. Le jeu développé par le studio français Darjeeling, en collaboration avec IC4DESIGN et Hiro Kamigaki , a réussi à m’emmener dans son univers labyrinthique.

En préambule, j’aimerai vous signaler que j’ai eu la chance de mener un court entretien avec le Lead Art & Integration du jeu. Vous pouvez découvrir l’interview en cliquant ici. N’oubliez pas de revenir lire le test après ! 

Avant d’être une aventure narrative sous forme de jeux vidéo, Labyrinth City : Pierre The Maze Detective est avant tout une série de livres d’illustrations créée par Hiro Kamigaki et IC4DESIGN. Ces bouquins se chargent d’investir le lecteur à traverser plusieurs labyrinthes à la poursuite de l’ennemi juré de nos héros, Monsieur X. La force des livres réside dans leur capacité à proposer des pages fourmillants de détails plus qu’une quelconque difficulté.

 

Test Labyrinthe city
Le live “Labyrinthe city – Serez-vous à la hauteur ?” dont le jeu est tiré

 

Le défi d’adapter les illustrations était plutôt évident. En effet, est-ce possible de rendre lisible sur un écran ce méli-mélo d’éléments à animer ? Autant le dire tout de suite le challenge est relevé haut la main.

Car oui, dans l’adaptation du bouquin sous son itération vidéoludique, tout est identique de A à Z. Le principe est le même, il faudra guider Pierre de bout en bout au cours de la dizaine de labyrinthes du jeu en allant d’un point A à un point B. L’ensemble est d’une facilité déconcertante, mais la force du jeu n’est pas incarnée par sa difficulté. Labyrinth City se démarque grâce à ses innombrables références. Le chemin de Pierre au coeur des dédales proposés constituera de véritables tableaux de culture pop. Parmi les nombreux exemples, je peux vous citer Assassin’s Creed, Metal Gear Solid ou encore Le Voyage de Chihiro. La liste est interminable, de plus, je n’ose même pas imaginer le nombre de références manquées.

 

TEST Labyrinth City
Il a changé Shenron …

 

La copie réussit brillamment à rendre l’intégralité des niveaux vivants. Chaque recoin est un plaisir à observer. Et même si, les chemins afin d’arriver au bout des labyrinthes sont très évidents, on se surprend rapidement à dévier de notre route en quête d’une nouvelle animation à découvrir. Cette optique de jeu est d’ailleurs encouragée au moyen de plusieurs éléments à récupérer dans la multitude d’illustrations animées. Labyrinth City propose également la possibilité de réaliser quelques énigmes amusantes à résoudre au détour d’un cul-de-sac volontairement emprunté. C’est plaisant, frais et admirablement bien animé.

 

Le parcours de Pierre est accompagné d’une musique d’ambiance évolutive en fonction de votre position dans le niveau. Les compositions parviennent à restituer intelligemment l’atmosphère éclectique et multiculturelle dont l’environnement s’inspire.

Le charme du travail fait main surplombe les minimes défauts auxquels j’ai pu être confronté. Je citerai en exemple 3 soft lock où il m’a été nécessaire de redémarrer le jeu afin de continuer ma progression. Rien de très dramatique, mais une légère frustration existe.

Le scénario n’a rien d’exceptionnel et se résume à pourchasser le méchant Monsieur X, voleur d’une pierre magique, à travers les différents niveaux labyrinthiques. La localisation française s’incruste à merveille à la création et les textes français réussissent l’adaptation des jeux de mots dans la langue de Molière.

4

En Bref

Malgré sa très courte durée de vie, Labyrinth City: Pierre the Maze Detective s’impose comme une expérience narrative hors des stéréotypes vidéoludiques. Plus proche d’une balade regorgeant d’une orgie d’éléments visuels à admirer, le jeu du studio Darjeeling pourrait déplaire aux joueurs en quête de challenge.

Finalement, Labyrinth City se révèle être une agréable surprise qui aura réussi à me transporter hors du temps.

Mon entretien avec le Lead Art and Integration de Labyrinth City

Découvre mon test de Boomerang X !

 

 

Laisser un commentaire