TEST Tentacular

Tentacular est un jeu en réalité virtuelle disponible sur Steam et Meta Quest (Oculus). Avec une proposition très originale, le nouveau jeu édité par Devolver réussit à déstabiliser notre perception de l’espace et notre sens du toucher. Si vous avez toujours rêvé d’être un poulpe, le moment ne pouvait pas être mieux choisi.

” Tu as été adopté petit poulpie ..”

Élevé parmi les humains sur l’île de La Kalma, le poulpe que vous incarnez va apprendre qu’il n’est pas humain. La surprise est de taille ! Votre objectif sera alors de découvrir votre véritable identité tout en aidant les citoyens de la ville en réalisant différents jobs taillés pour vos longs tentacules. S’ensuit l’exploration d’une véritable plaine de jeux au potentiel de fun incroyable.

Puzzle-game en pagaille

Afin de remplir vos missions, vous contrôlerez les deux tentacules jouant le rôle de vos deux bras d’humains. Perturbant au début, la physique de vos nouveaux membres est une composante à appréhender tant ces derniers sont flasques et subissent une inertie. Par ailleurs, la gestion de cette propriété compose tout le sel du jeu et instaure une gestion de vos extrémités sans rendre cela épuisant pour autant. Pour cause, au bout de quelques minutes, vous ne ferez plus qu’un avec le poulpe, vous serez poulpe. Lorsque vous n’aurez plus besoin de réfléchir, vous comprendrez que la base de vos tentacules plus solides peut manipuler sans mal les objets. À contrario le bout de vos membres deviendra à la limite de l’incontrôlable sans pour autant vous frustrer. En effet, ces deux points simples résument la logique de gameplay. Pourtant, en mélangeant cette mécanique rapide à la pléthore de mini-jeux, Tentacular regorge déjà de bonnes idées.

test tentacular

Les puzzles s’enchainent et ils offrent tous une bonne dose de fun. Sans jamais être trop complexe, vous vous amuserez à gérer la physique si particulière de votre corps. Vous empilerez des containers, utiliserez des lance-pierres géants ou encore vous vous amuserez des décors afin de trouver les solutions. Les différentes idées s’empilent à tel point que le joueur ne s’ennuie jamais et s’ébahit des différentes trouvailles. En dire trop sur les puzzles serait dommage, tant le plaisir de les appréhender par soi-même constitue un des points d’orgue de l’aventure. En dehors de vos objectifs afin de progresser dans l’aventure principale, le jeu vous offre une espace de jeu afin de construire vous-même votre ville. Cet endroit s’apparente à véritable labo où vous pourrez expérimenter tout ce que le jeu a à vous offrir. En un peu de moins de 10 heures, l’aventure se clôtura, vous laissant le temps d’expérimenter l’expérience du bac à sable à loisir.

 

Mal de mer ?

Qui dit VR, dit option d’accessibilité. De ce point de vue là, les options restent suffisamment complètes pour éviter tout désagrément. Ainsi, vous pourrez allonger la taille de vos tentacules, ainsi que la hauteur de votre champ de vision. Outre cela, vous pourrez modifier la hauteur, tout comme la position de votre pouple directement en jeu si la cinétose ne vous touche pas. Cependant, tout reste suffisamment cloitré pour ne pas avoir à déambuler dans les environnements. Par conséquent si le mal du transport vous touche, le jeu reste très friendly et les déplacements dans les arènes sont minimes. De plus, le jeu est entièrement localisé en français, ce qui permet de parcourir le titre dans votre langue sans problème.

test tentacular

La Kalma, la ville du bonheur

L’univers entourant le titre restitue à merveille la sensation de fun et de bienveillance se dégageant du titre. Tout est “sympa” du début à la fin. La direction artistique des environnements comme des villageois vous invite à progresser dans une ville où la niaiserie positive règne. Techniquement, sur le Meta Quest 2, l’ensemble tourne parfaitement. La direction visuelle du titre permet de progresser dans des milieux “cartoonesques” rendant l’immersion dans l’univers possible sans aucun mal. Aucune prise de tête à La Kalma, et ce peu importe si vous vous amusez à tout détruire comme si vous étiez une réincarnation de Godzilla (oui, je n’ai pas pu m’empêcher de détruire la ville en hurlant comme un énorme Kaiju dans mon salon). Les petits détails de gameplay non expliquées se découvrent au fur et à mesure en explorant les champs du possible. L’invitation à la découverte de ce bac à sable fonctionne merveilleusement bien.

4

En Bref

Tentacular est une aventure en VR réunissant les ingrédients parfaits afin de passer un moment en toute détente. En incarnant un poulpe, le dépaysement est total jusqu’à ce que votre corps lui-même ne fasse plus qu’un avec la philosophie du titre. Vos membres semblent naturellement être devenus des tentacules, vos déplacements dans la mer se font avec la légèreté de l’octopode. Heureusement, le titre sait quand s’arrêter afin d’éviter des redondances pointant le bout de son nez vers la fin du jeu.

Découvre mon test de Elden Ring

Découvre mon test de Pokémon Légends: Arceus

Laisser un commentaire